Mariama Ciré Conté une future incubée d’AgroGuineeLab nous présente son projet

Mariama Ciré Conté une future incubée d’AgroGuineeLab nous présente son projet

22751444_1815537865140957_487632784_oMariama Ciré Conté est diplômée en Licence Commerce International, avec quelques mois de stage au sein de la société d’assurance UGAR-ACTIVA. Mademoiselle a un engagement associatif qu’elle exprime au sein de l’ONG CIPAD GUINEE (Community Initiative for Peace and Development).   Sans emploi, Mariame se lance dans l’agriculture.

Conté nous parle de son projet agricole:

C’est à l’occasion d’un voyage à Kindia que j’ai eu l’idée de me lancer dans l’agriculture précisément la culture de la pastèque. Dès lors que j’ai eu cette idée, je me suis rendue à Forécariah lieu où la culture de la pastèque a pris de l’ampleur. La pastèque depuis des années intègre la stratégie de diversification des cultures à Forécariah. La culture de la pastèque soulève aujourd’hui beaucoup d’intérêts malgré toutes les contraintes dont font état les producteurs.

Dès l’installation de la saison de pluie, j’ai procédé au labour. J’ai donné la pureté à une variété Grey Bell ou hybride Kaolack la préférée à Forécariah. J’ai opté pour l’endroit le plus chaud et sur un sol à texture sablo-limoneuse. A peu près 26°c sont nécessaires à la pastèque pour pousser dans de bonnes conditions. Il faut monter les buttes de 40 cm, les rangées doivent être distantes d’au moins 1 mètre les unes des autres.

Pour planter il faut donner une forme plate ou légèrement concave au sommet de ces petits monticules et faire trois ou quatre graines au fond de chaque trou contenant d’engrais, puis les recouvrir de terre afin d’éviter que l’humidité ne s’évapore trop vite autour des graines. Les graines et les plants sont sortis de terre en l’espace de 11 jours.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La culture de la pastèque augmente les revenus de l’exploitation, elle procure assez tôt des revenus, elle permet ainsi de procéder à une rétention de la production pour la vendre à des prix considérés plus intéressants que ceux offerts par le circuit officiel. Les difficultés de cette culture résument sur les problèmes de surveillances contre les vols et ou dégâts par des animaux en divagation, de traitements d’insectes.

Réaliser mon projet n’a pas été chose facile, je sollicite un accompagnement et un financement. J’aimerai collaborer avec AGROGUINEELAB. Ce dernier a mis en place un incubateur portant sur les besoins d’accompagnement des porteurs de projet agricole.

En vue de mieux réaliser mes futurs projets, mes attentes envers AGROGUINEELAB sont d’autres :

  • Financier
  • Technico-économique
  • Matériels de substitution aux produits phytosanitaires
  • Aménagement des hectares (fossés, chenaux, mares)
  • Besoin d’outils
  • Collecte des eaux de pluies sur l’exploitation

 

Mohamed2konate